2 month internship / volunteer position

Within the HRO (Human Rights Observers) team of the Auberge des Migrants association.
Location: Calais

Context

L'Auberge des Migrants is a non-profit organisation that has been working with people in exile in Calais since 2008. Our warehouse is now the largest humanitarian platform in the Hauts-de-France region. We host and help coordinate the work of eight partners tin order o meet the basic needs on the ground of people blocked at the UK-French border.

Human Rights Observers is an inter-associative project and independant watchdog under the administrative responsibility of L’Auberge des Migrants. Its aim is to document, denounce and put an end to the violations of the human rights of displaced people at the French-UK border (Calais and Grande- Synthe).

Faced with an increase in the number of testimonies from exiled people denouncing police violence in 2017, HRO has since been tasked with being present as much as possible during police operations in order to document these practices and to act as a form of dissuasion against them.

Following these observations, the people living in the camps report numerous incidents of police violence of which they are victims and we accompany them in their efforts, often in partnership with La Cabane Juridique.

The observations are carried out with teams of two people, sometimes more, and take place every day in Calais and from Monday to Friday in Grande-Synthe. To this end, the team members receive various trainings.

Our work is mainly divided into four complementary areas. Firstly, we collect data related to police operations, mainly concerning forced evictions from informal settlements. Secondly, we use this data to analyse the 'zero-fixation point' policy from a human rights perspective. Then we carry out advocacy work through different communication channels to denounce the policy carried out by the French and British authorities. Our jurists also work closely with other associations working on the UK-French border and lawyers to challenge State violence in all its forms (individual police violence, institutionalised theft, evictions, forced shelter operations, discrimination, etc.).

HRO interns will take part in the work of collecting this data on rights violations in support of the coordinators, after completing a series of trainings.

Missions

(these missions may vary according to the context and the projects in progress)

  • In the field: observation of evictions and police operations, and outreach sessions.
  • Data collection and treatment: recording data collected in the field during evictions, archiving photos and videos.
  • Collection of testimonies of exiled persons in cooperation with partner associations. These testimonies are usually about human rights violations, violence, etc.
  • Various projects and tasks: help with ongoing projects, translation of testimonies and documents, media monitoring, writing tweets etc.
Notes
  1. A large part of the work is done in the field, which implies daily contact with displaced people. In addition, the work of observing evictions leads us to interact daily with the police. Going to the field means going to the vicinity or living places of people on the move, which implies spending time outdoors, and being subject to at times harsh weather conditions.
  2. Most of the work is done in the office, processing the data that is collected on the ground.
  3. The timetable is adapted according to the needs. This means working shifts, sometimes early in the morning, but also working some weekends and public holidays in rotation with the rest of the team. That said, you will take two days off per week, which are compulsory.

As part of our data collection work, we collaborate with other associations working in Calais and Grande-Synthe. Thus, interns working with HRO may be asked to spend some time working with these partners in the warehouse.

Required Skills
  • Ability to work in a team, good adaptability.
  • Open-mindedness and ability to work in multicultural environments, enthusiasm, energy.
  • Good level of both French and English.
  • Ability to remain calm in tense situations, especially in front of police: our work consists of observing police operations. There may be a risk of confrontation with the police.
  • Basic knowledge of computer tools (especially Excel).
Additional skills

- Driving license is a big plus
- Knowledge of other languages: Arabic, Amharic, Oromo, Farsi, Tigrinya, Sorani, Pashto, German, Italian...
- Previous experience of volunteering with vulnerable people is a big plus.

Duration of the internship or volunteering

Due to the context in which the interns will be working and the need for training time, we ask that you commit to at least two months.

To Apply

Send your CV and cover letter to recrutementhro@laubergedesmigrants.fr specifying your period of availability. Specify in the subject line: HRO Internship/volunteering 2 months

Benefits

A place in our volunteer house for 150€ the first month is possible. Free lunch (vegetarian) is served in our warehouse.

Thank you!


L'expulsion de ce mardi 18 mai 2021 à Grande-Synthe

Le mardi 18 mai 2021, entre 8h29, une opération d'expulsion de grande envergure a eu lieu à Grande-Synthe. L'équipe de HRO, dont l'activité principale consiste à observer et documenter les opérations d'expulsion, a dénombré 110 tentes et 113 bâches récupérées sur des personnes exilées par la police. 10 abris de voiture construits ont été détruits. Environ 300 personnes, dont des familles et des mineurs non accompagnés, se retrouvent désormais sans abri car les associations travaillant sur le littoral épuisent leurs stocks de tentes.

Le mois dernier, le 16 avril 2021, les autorités municipales, à l'aide d'un tracteur tirant une benne à ordures et de divers engins de chantier, ont orchestré le déplacement de personnes exilées qui (sur)vivaient dans différents camps du Puythouck vers un nouveau lieu. de la vie. Cette opération s'inscrit dans une politique d'invisibilisation des personnes exilées présentes sur le littoral. Ainsi, selon les déclarations du journal local « La Voix du Nord », ce « réaménagement » du bois du Puthouck permet l'accueil des pêcheurs et promeneurs durant la période estivale.

Aujourd'hui, malgré ce déplacement forcé, les exilés subissent une nouvelle opération de déportation. Une nouvelle fois, les affaires saisies par la police ont été lacérées et immédiatement jetées à la déchetterie par Ramery, l'équipe de nettoyage mandatée par l'Etat, restant ainsi définitivement perdue. À Grande-Synthe, l'équipe du HRO a été témoin de l'utilisation systématique de couteaux pour détruire des abris, alors même que certaines personnes se trouvaient encore à l'intérieur. Le caractère dangereux de cette pratique augmente la violence déjà excessive du démantèlement.

Le 11 février 2021, la Commission nationale consultative des droits de l'Homme a rendu un avis sur la situation des personnes en exil à Calais et Grande-Synthe. Sa première recommandation était qu'"aucune opération d'évacuation ne soit effectuée sans que des propositions d'abris/logements adaptés soient formulées avec suffisamment d'informations". Au mépris de cette recommandation, l'équipe du HRO a pu constater ce matin l'absence totale d'interprète lors de l'opération d'expulsion. Les exilés n'étaient informés que par des gestes et des applications mobiles comme Google translate. Ce manque constitue une violation manifeste du droit d'être informé dans une langue comprise et un obstacle à l'accès aux solutions d'hébergement.

Auberge des Migrants
Aide collective
Observateurs des droits de l'homme
Centre des femmes réfugiées
Salam Nord / Pas de Calais
Frontière de solidarité
Utopie 56


Les expulsions de ce mardi 6 avril à Calais

Hier 6 avril, entre 15h et 18h, six opérations d’expulsion de grande ampleur se sont déroulées à Calais.Sans aucune opération de mise à l’abri concomitante, les personnes exilées ont été expulsées de leur lieu de vie. Les équipes HRO ont dénombré au moins 126 tentes , 170 bâches et 77 couvertures prises aux personnes exilées par les forces de l’ordre. Au moins 76 de ces tentes contenaient des affaires personnelles qui n’ont pas pu être récupérées. Les personnes expulsées indiquent avoir notamment perdu dans cette opération de nombreux objets de valeur tels que des documents d’identité, des médicaments, des téléphones portables ou encore de l’argent.

Ces expulsions sont intervenues alors que les températures sont tombées hier à 3°c. Les autorités ont choisi de ne pas activer le Plan Grand Froid tout en enlevant à près de 300 personnes leurs abris de fortune, les laissant ainsi sans protection contre la grêle et la neige.

Le Commissaire central de Calais, présent au moment de ces opérations, a justifié ces expulsions sur la base du flagrant délit d’occupation de terrain, et ce alors même que la flagrance ne peut pas être une base pour expulser. Il est particulièrement éloquent qu’une de ces opérations d’expulsion intervienne onze jours seulement après une décision de justice favorable aux habitants d’un de ces terrains. En effet, par une ordonnance du 26 mars 2021, le tribunal administratif de Lille avait rejeté la requête en référé mesure utile de la commune de Calais visant à faire expulser le terrain habité par la communauté Érythréenne. Le juge avait notamment relevé que, sur ce terrain, « les services de l’Etat ont érigé, au profit des migrants, des installations sanitaires, et où l’association la Vie active, mandatée à cet effet, distribue des vivres et de l’eau potable deux fois par jour ».

Alors que le juge administratif a rejeté la demande d’expulsion d’un de ces terrains, l’utilisation du régime pénal de l’enquête de flagrance pour parvenir à cette fin apparaît alors d’autant plus abusive. Cette manœuvre de contournement des voies légales est au service d’une politique répressive de harcèlement des personnes exilées à Calais. Ces expulsions constituent de la part des autorités un pas de plus dans l'inhumanité et le détournement du droit à Calais.

Human Rights Observers (HRO)
Auberge des Migrants
La Cabane juridique
Project Play
Collective Aid
Utopia 56
Calais
Salam Nord/Pas-de-Calais
Refugee InfoBus


The evictions of Tuesday April 6 in Calais

Yesterday April 6, between 3 p.m. and 6 p.m., six large-scale eviction operations took place in Calais. Without any concomitant sheltering operation, the displaced people were evictd from their place of residence. HRO teams counted at least 126 tents, 170 tarpaulins and 77 blankets taken from people by the police. At least 76 of these tents contained personal belongings which could not be recovered. Numerous evicted persons reported that in this operation they lost many valuable items such as identity documents, medicines, cell phones and even money.

These evictions took place as temperatures fell to 3 ° C yesterday. The authorities have chosen not to activate the 'Plan Grand Froid' - an emergency accommodation measure that is activated in case of severe cold weather - while removing nearly 300 people from their makeshift shelters, leaving them unprotected against hail and snow.

The Police Commissioner of Calais, present at the time of these operations, justified these evictions on the basis of the 'flagrante delicto' of occupation of land, even though in law this cannot be a basis for evicting people. It is particularly telling that one of these eviction operations took place only eleven days after a court decision in favor of the inhabitants of that living site. Indeed, by an order of March 26, 2021, the administrative court of Lille had rejected the request from the municipality of Calais to have the land inhabited by the Eritrean community evicted. The judge noted in particular that "the State services have erected, for the benefit of migrants, sanitary facilities, and it is where the association La Vie Active, mandated for this purpose, distributes food and 'drinking water twice a day' ".

While the administrative judge rejected the request for eviction from one of these sites, the instrumentalisation of Criminal Law to achieve this end then appears all the more abusive. This maneuver of bypassing legal channels is at the service of a repressive policy of harassment of people on the move in Calais. These evictions are a further step in the inhumanity displayed by the auhtorities and the abusive misuse of the law in Calais.

Signatory Organisations

Human Rights Observers (HRO)
Auberge des Migrants
La Cabane juridique
Project Play
Collective Aid
Utopia 56 Calais
Salam Nord / Pas-de-Calais
Refugee InfoBus


Nouvelle expulsion des personnes exilées survivant en centre ville de Calais : le "pont-pont"

Alors que Calais s’illumine et offre à ses habitants la possibilité de célébrer les fêtes de fin d’année, il n'y aura pas de trêve à Noël pour plusieurs centaines de personnes exilées vivant sous les ponts de la ville. Natacha Bouchart, maire de Calais, engage une procédure d'expulsion à leur encontre via une requête en référé jugée lors d’une audience ​au tribunal administratif de Lille le 23 décembre 2020 à 14h30.

Faceaux expulsions brutales de lieux de vie qui se sont succédées ces derniers mois, face à la pose de grillages ou au déboisage de zones entières de la ville afin d’empêcher toute installation, de nombreuses personnes ont été contraintes de se réfugier sous les ponts de la ville de Calais. Ces personnes, qui, pour la plupart, ont déjà traversé de nombreuses expulsions se trouvent une nouvelle fois, à travers cette opération, ​sous la menace d’une énième atteinte à leurs droits fondamentaux.

Prenant acte de la situation de ces personnes dépourvues d'accès à l'électricité, à l'eau courante, au ramassage des déchets, les autorités municipales se voient dans l’obligation de commander cette mesure au nom du respect notamment de​ la “dignité humaine”.

Nous ne pouvons qu’abonder dans leur sens. La situation des personnes exilées, parmi lesquelles des enfants, survivant sous ces ponts ou dans des terrains vagues est ​indigne​. Cependant, nous savons que nuls expulsions forcées, grillages, déboisements ou mesures coercitives ne permettront de rétablir une quelconque ​dignité​.

La dignité pour laquelle nous plaidons implique de proposer une mise à l’abri basée sur le volontariat, la pleine information des personnes exilées ou encore un diagnostic social permettant de comprendre la situation des personnes et donc de leur proposer une solution adaptée. La dignité pour laquelle nous plaidons suppose également des solutions d'hébergement adaptées, continues et inconditionnelles à Calais ou à proximité, offrant de réelles alternatives à l'errance et la précarité. Le respect de cette dignité nécessite, enfin, de formuler de réelles propositions d’installation en France ou d’accès légal au Royaume-Uni, seules à même d’apporter une solution durable à la situation des personnes exilées présentes à Calais.

Au nom de cette même dignité, et pour plaider la cause de solutions plus humaines, ​nous nous tiendrons en soutien et solidarité avec les personnes concernées par cette mesure au tribunal administratif lorsqu’elles tenteront de défendre leur droit à la (sur)vie, encore une fois entravé par des opérations allant à l'encontre de toute humanité.

Contacts presse

Juliette Delaplace (Secours Catholique) : 06 30 06 75 99
Sandra Caumel (Human Rights Observers) : 06 68 02 32 34
Siloé Medriane (Utopia 56) : 06 24 18 11 64

Associations signataires

L’Auberge des Migrants Secours Catholique Choose Love
Human Right Observers Refugee Women’s Centre Collective Aid
Médecins du Monde Calais Food Collective Cabane Juridique Utopia 56
Salam - Nord Pas de Calais